16è Festival des Cinémas d'Afrique de Besançon, 2021

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

Longs métrages de fiction

Aya

Réalisé par  Simon Coulibaly Gillard

Côte d’Ivoire –France – Belgique – 2020  - 1h30

Samedi 6 Novembre - 14h - Cinéma des Beaux-Arts

Le film est présenté à l'ACID au Festival de Cannes 2021

Aya grandit avec sa mère sur l’île de Lahou. Joyeuse et insouciante, elle aime cueillir des noix de coco et dormir sur le sable. Pourtant, son paradis est voué à disparaître sous les eaux. Alors que les vagues menacent sa maison, Aya fait un choix : la mer peut bien monter, elle ne quittera pas son île.

Le père de Nafi

Réalisé par Mamadou Dia

2019 – Sénégal – 1h47 – VOSTF

Dimanche 7 Novembre - 16h - Cinéma des Beaux-Arts

Dans une petite ville du Sénégal, deux frères s’opposent à propos du mariage de leurs enfants. Deux visions du monde s’affrontent, l’une modérée, l’autre radicale. Les jeunes Nafi et Tokara rêvent, eux, de partir étudier à Dakar, la capitale, et de vivre avec leur époque. A la manière d’une tragédie, et alors que s’impose la menace extrémiste, les amoureux doivent trouver un chemin pour s’émanciper des conflits des adultes.

L'indomptable feu du printemps

Réalisé par  Lemohang Jeremiah Mosese

Lesotho – 2020 – 2h00 vostfr

Mardi 9 Novembre - 20h - Cinéma des Beaux-Arts

Mantoa, 80 ans, est la doyenne d’un petit village niché dans les montagnes du Lesotho. Lorsque la construction d’un barrage menace de submerger la vallée, Mantoa décide d’en défendre l’héritage spirituel et ravive l’esprit de résistance de sa communauté. Dans les derniers moments de sa vie, la légende de Mantoa se construit et devient éternelle.

Haut et Fort

Réalisé par  Nabil Ayouch

Maroc- France – 2021 – 1h42 - VOSTFR

Le film est présenté en compétition au Festival de Cannes 2021

Mercredi 10 Novembre - 20h - Cinéma des Beaux-Arts

Anas, ancien rappeur, est engagé dans un centre culturel d’un quartier populaire de Casablanca. Encouragés par leur nouveau professeur, les jeunes vont tenter de se libérer du poids de certaines traditions pour vivre leur passion et s’exprimer à travers la culture hip hop….

Bendskins

Réalisé par Narcisse Wandji

Cameroun - 2019 - fiction – 1h30 - VO FR

Jeudi 11 Novembre - 18h - Cinéma des Beaux-Arts

Cette comédie dramatique rend hommage à ceux qui font le transport en commun avec les motos. Appelé de manière triviale Benskin, le métier est pratiqué par de jeunes camerounais qui veulent échapper au chômage.

Narcisse Wandji

Né à Douala, Cameroun. Narcisse Wandji est scé­na­riste et réa­li­sa­teur. Il a réa­lisé une quin­zaine de courts métra­ges. Walls, son der­nier court métrage a été lau­réat de l’écran d’or du meilleur court métrage came­rou­nais lors du Festival Ecrans Noirs 2016 et sélec­tionné à une ving­taine de fes­ti­vals inter­na­tio­naux dont les Journées Cinématographiques de Carthage, Festival Cinema Africano, Asia et America Latina de Milan, Black film fes­ti­val de Philadelphie.

Lyrique et pro­vo­ca­teur, le cinéma de Narcisse Wandji dénonce les dif­fi­cultés socia­les de l’Afrique contem­po­raine. Il aborde de mul­ti­ples sujets comme l’absence de sécu­rité sociale en Afrique et au Cameroun en par­ti­cu­lier, l’éducation. Narcisse WANDJI pré­pare une thèse de doc­to­rat en études ciné­ma­to­gra­phi­ques à l’uni­ver­sité de Bayreuth en Allemagne. Bendskins est son 1er long métrage.

Filmographie

2019 Bendskins (Lm, 92’)

2016 Walls (Drame, 14 min)

2015 Bazou, monde sans date (Documentaire de création, 26 min)

2013 Mémoire de sang (Drame, 26 min)

2011, rues des pays du Sud ( Drame, 03 min)

2011 Capronos (Comédie, 26 min)

Les femmes du pavillon J

Réalisé par Mohamed Nadif

2019 – Maroc – 1h37 – VOSTF

Vendredi 12 Novembre - 20h - Cinéma des Beaux-Arts

La « maison du bonheur » ! On ne peut trouver de qualificatif plus ironique pour parler des Femmes du pavillon J qui se déroule dans le quartier pour femmes d'un hôpital psychiatrique de Casablanca. Bien que très différent dans son traitement de l’univers sombre dans lequel baigne Vol au-dessus d’un nid de coucou [Milos Forman, 1975], le second long métrage de Mohamed Nadif partage avec son illustre prédécesseur une profonde compassion envers ses protagonistes, incarné(e)s de façon émouvante par une distribution exceptionnelle jouant avec brio les sentiments d’abandon et d’échec éprouvés par leurs personnages. Au travers d’escapades nocturnes en ville avec la complicité d’un personnel infirmier compréhensif, trois patientes font l’expérience de la camaraderie et de la sororité, qui les aident à trouver la force de surmonter leurs blessures psychiques, et pouvoir ainsi espérer retrouver liberté, joie et espoir dans l’avenir.

Mohamed Nadif

Comédien de théâtre, metteur en scène, acteur, Scénariste, réalisateur et producteur marocain (AWMAN Productions, Casablanca).

Mohamed NADIF a d’abord affûté ses armes au théâtre, en tant que comédien et metteur en scène, avant d’arriver au cinéma. Après l’Institut Supérieur d’Art Dramatique et d’Animation Culturelle à Rabat (spécialité interprétation), il prolonge sa formation à l’Université Paris-X où il obtient un diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en théâtre et art du spectacle.

Il a aussi tenu des rôles principaux dans plusieurs films et téléfilms.

Il a écrit et réalisé trois courts métrages : « La jeune femme et l’ascenseur » (2005 – 9 min), « La jeune femme et l’Instit » (2007 – 16 min) et « La jeune femme et l’école » (2009 – 10 min). « Andalousie, mon amour ! » (2011) est son premier long-métrage présenté à Besançon au Festival Lumières d’Afrique.

 

Cigare au miel

Réalisé par : Kamir Aïnouz

2020 – France- Belgique – Algérie- 1h30

Samedi 13 Novembre - 14h - Cinéma des Beaux-Arts

Neuilly-sur-Seine, 1993, alors que le terrorisme emmerge en Algérie, Selma, une jeune algérienne rangée, enclenche une dynamique qui va entraîner pour elle et sa famille des conséquences beaucoup plus radicales qu'elle ne l'imaginait lorsqu'elle décide d'acter son désir sexuel.

Née à Paris de parents algériens Kamir Aïnouz étudie l'écriture cinématographique à l'UCLA et participe à différents ateliers de réalisation à l'USC. Elle a travaillé comme scénariste notamment sur "Lol USA" de Liza Azuelos (2012). "Cigare au miel", marque ses débuts à la réalisation. Elle est lauréate pour ce projet de premier long métrage du Screenwriters Lab du Sundance Institute/RAWI et de l'Aide à l'écriture de la Fondation Beaumarchais-SACD. En 2020 son Film, Cigare au Miel, est Sélectionné en film d'ouverture de Venice Days, sélection parallèle de la Mostra de Venise 2020.

Feathers

Réalisé par De Omar El Zohairy

Egypte – 2021 – 1h52 – VOSTFR

Le film est présenté à la Semaine Internationale de la Critique au Festival de Cannes 2021

Samedi 13 Novembre - 14h - Cinéma des Beaux-Arts

Une mère passive, dévouée corps et âme à son mari et ses enfants. Enfermée dans un quotidien monotone, rythmé de tâches banales et répétitives, elle se fait aussi petite que possible. Un simple tour de magie tourne mal pendant l'anniversaire de son fils de quatre ans et c’est une avalanche de catastrophes absurdes et improbables qui s’abat sur la famille. Le magicien transforme son mari, un père autoritaire, en poule. La mère n’a d’autre choix que de sortir de sa réserve et assumer le rôle de cheffe de famille, remuant ciel et terre pour retrouver son mari. Luttant pour sa survie et celle de ses enfants, elle devient peu à peu une femme indépendante et forte.

 

Omar El Zohairy

De nationalité égyptienne

Né le 27 août 1988 au Caire (Égypte)

Omar El Zohairy obtient son diplôme de l'Institut du Cinéma du Caire en 2013. Il est assistant réalisateur des plus grands réalisateurs égyptiens, dont Yousri Nasrallah. Il réalise en 2011 son premier court-métrage Breathe Out (Zafir), qui reçoit le Prix Spécial du Jury au festival de Dubai. Son second court-métrage, The Aftermath of the Inauguration of the Public Toilet at Kilometer 375, réalisé en 2014, est le premier film égyptien sélectionné à la Cinéfondation du Festival de Cannes. Par la suite, il reçoit de très nombreux prix dans les festivals du monde entier.

La Femme du Fossoyeur

Réalisé par Khadar Ahmed

Djoubouti – 2020 – 1h22 VOSTFR

Le film est présenté à la Semaine Internationale de la Critique au Festival de Cannes 2021

Dimanche 14 Novembre - 16h30 - Cinéma des Beaux-Arts

Guled et Nasra sont un couple amoureux, vivant dans les quartiers pauvres de Djibouti avec leur fils Mahad. Cependant, l’équilibre de leur famille est menacé : Nasra souffre d’une grave maladie rénale et doit se faire opérer d’urgence. L’opération coûte cher et Guled trime déjà comme fossoyeur pour joindre les deux bouts : comment réunir l’argent pour sauver Nasra et garder une famille unie ?

Haingosoa

Réalisé par Edouard Joubeaud

2019 : France – Madagascar – 1h12 VOSTF

Dimanche 14 Novembre - 18h - Cinéma des Beaux-Arts

Haingo, jeune mère célibataire du sud de Madagascar, ne parvient pas à payer la scolarité de sa fille. Quand une compagnie de danse de la capitale lui propose un contrat à l’essai, Haingo saisit cette chance, quitte sa famille et monte à Tananarive. Elle n’a que quelques jours pour apprendre une danse qui lui est totalement étrangère.

Édouard Joubeaud 

Édouard Joubeaud connaît sa première expérience de cinéma sur Jacquot de Nantes d’Agnès Varda, film dans lequel il interprète le rôle de Jacques Demy enfant. Il réalise par la suite des œuvres documentaires à Madagascar (Mavokely, Les charbonniers) et produit des créations scéniques en collaboration avec des auteurs de la diaspora malgache telles que Le Prophète et le Président de Raharimanana en 2005. En 2007, il se rapproche de l’UNESCO et prend en 2012 la direction éditoriale de Femmes dans l’histoire de l’Afrique. Primé en 2014 par ONU Femmes, ce programme vise à mettre en lumière, à travers des bandes dessinées et des films, le rôle de figures féminines dans l’histoire du continent. En 2018, inspiré par l’univers d’une famille du Sud de Madagascar, il réalise son premier long-métrage, Haingosoa.

Moffie

Réalisé par Oliver Hermanus

2019 – Afrique du Sud, Grande Bretagne – 1h44 – VOSTF

Dimanche 14 Novembre - 20h - Cinéma des Beaux-Arts

1981, Nicholas a 16 ans, comme tous les jeunes blancs Sud-Africains de son âge, il doit accomplir son service militaire pendant deux ans. Durant cette période, le gouvernement sud-africain, blanc, raciste et ségrégationniste, mène une politique étrangère qui vise à combattre les communistes et die swart gevaar : "le danger noir". Nicholas est envoyé sur le front au sud de l’Angola pour défendre le régime de l'apartheid. Il tente alors de survivre tant aux horreurs de la guerre qu’à la brutalité de l'armée.

Sélections officielles :

76 BIENNALE DI VENEZIA (VENISE)

IFFR – INTERNATIONAL FILM FESTIVAL ROTTERDAM (ROTTERDAM)

BFI LONDON FILM FESTIVAL (LONDRES)

GUADALAJARA INTERNATIONAL FILM FESTIVAL (GUADALAJARA – MEXIQUE)

THESSALONIKI INTERNATIONAL FF (THESSALONIQUE)

LUXEMBOURG CITY FILM FESTIVAL (LUXEMBOURG)

TROMSØ INTERNATIONAL FILM FESTIVAL (TROMSØ)

DUBLIN INTERNATIONAL FILM FESTIVAL (DUBLIN)

BIFA – BRITISH INDEPENDENT FILM AWARDS 2019 (LONDRES)

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH (MARRAKECH)



Avec l'appui média de : 
L'Est Républicain Topo le magazine régional des jeunes Diversions maCommune.info  Africultures
Radio France Bleu Besançon RCF RadioSignis

Avec l'appui de : 
Megarama Beaux-Arts