16è Festival des Cinémas d'Afrique de Besançon, du 5 au 13 novembre 2016

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

17° édition du 11 au 18 novembre 2017

Appel à films et projet jusqu'au 30 juin 2017 : Accès aux formulaires d'inscription

Documentaires hors compétition

Africa, le sang et la beauté

Lundi 12 novembre à 18h. Petit Kursaal. • Réalisé par Anastasia et Serge Yastreb • France/Russie, 2011, 87 min • Texte dit par Lambert Wilson.

Africa, le sang et la beauté

À la découverte des peuples autochtones africains, leurs traditions, leurs mœurs, leurs modes de vie. Ces héros ont pour noms : les Bochimans, les Pygmées, les Berbères nomades, les Surmas, les Hamers, les Himbas, les Yorubas, les Dogons… Tous vivent hors du temps et de l’occidentalisation. Tous préservent les coutumes de leurs ancêtres, croient en leurs propres dieux et protègent leur univers de la mondialisation.

Réalisé par Serge Yastreb, photographe, ancien communicant de Boris Eltsin, ce film narré par Lambert Wilson raconte l’Afrique en quatre chapitres, ses enfants, ses femmes, ses hommes et ses esprits.

Découpée en quatre, c’est bien un film de photographe qui a cadré soigneusement ses plans. Allant aussi bien chez les Dogons que les Pygmées, les Himbas que les Bochimans, il est décidé à faire connaître ce continent à ses compatriotes, d’où ce survol. Voici donc un livre d’images, pittoresques et folkloriques, d’une Afrique qui en effet échappe à la mondialisation. Qui échappe aussi à la technologie, à la médecine et au prêt-à-porter. Le bon sauvage vit toujours, il nous envoie ses bons baisers de Moscou. On connaissait la fracture Nord/Sud. Elle n’est plus seule au monde. Bienvenue dans le fossé Ouest/Est.

Il n'empêche que les premières images, parfois violentes, sont un choc car elles nous montrent une culture et un mode de vie à des années lumières de ce que nous connaissons. En ce sens, Africa, le sang et la beauté mérite qu'on s'y intéresse de près.

Serge Yastreb

Le cinéaste Russe Serge Yastreb a un parcours intéressant : après une carrière de journaliste et de diplomate, il se passionne pour la photographie depuis une vingtaine d’années.

Ses travaux sont exposés au Musée d’Art Contemporain de Moscou, à la Maison Européenne de la Photographie à Paris, au Musée de la Photographie Moderne à Milan…

Depuis 2009, il s’occupe de la Fondation Culturelle et Ethnographique « Hors du Temps » qui lui permet de réaliser le projet Africa.

Il est producteur, photographe et ancien communicant du président russe Boris Eltsine.

Dames de couleurs

Samedi 10 novembre à 18h. Centre diocésain. • Réalisé par Patricia Gérimont et Jean-Claude Taburiaux • Belgique, 2012, 80 min • Avec la participation de Sanata Coulibaly-Magassa et Ya Dicko Guire.

Dames de couleurs

Sanata et Dicko sont teinturières au Mali. Sanata produit des bazins colorés à Bamako avec ses coépouses. Dicko vit en brousse au pays dogon et teint des pagnes à l’indigo. Si leur savoir-faire est remarquable, il n’en demeure pas moins que toutes deux relèvent sans cesse le même défi : assurer une vie digne à leurs enfants.

Ce film est un voyage qui nous emmène du village dogon à la grande ville, du sombre indigo accroché aux murs de banco à l’éclat des tissus multicolores pavoisant les rues bamakoises. Il trace en pointillés les similitudes et les différences entre ces artisanes, tant dans l’exercice de leur art qu’au niveau économique et social.

Patricia Gérimont et Jean-Claude Taburiaux

Patricia Gérimont et Jean-Claude Taburiaux

Patricia Gérimont

Née à Liège, le 28 décembre 1953, de nationalité belge.

Après une formation initiale d’assistante sociale, suivi d’un master en pédagogie des adultes, mais aussi un diplôme d’antiquaire, des stages de tissage et de teinture naturelle, des cours de vidéographie à l’Académie de Molenbeek, elle travaille depuis 36 ans au Ministère de la Culture, pour la région francophone de Belgique.

C’est une chercheuse passionnée par les textiles d’Afrique et une amoureuse des arts textiles.

Patricia Gérimont a effectué, entre 2004 et 2012, quatorze séjours au Mali, tant à Bamako qu’au pays dogon pour effectuer les recherches nécessaires à l’écriture de ses ouvrages. Ces recherches concernent la teinture artisanale urbaine sur tissus industriels et la teinture rurale à base d’indigo sur cotonnades traditionnelles.

Jean-Claude Taburiaux

Né le 24 octobre 1945, de nationalité belge, Jean-Claude Taburiaux est un ex-caméraman de la R.T.B.F. (Radio Télévision Publique Belge d’expression Française), il se consacre depuis 2003 à la réalisation de films et reportages documentaires. Il est membre de l’association des journalistes professionnels A.J.P.

 
 

Avec le soutien de

Drac Franche-Comté ACSE  Conseil Général du Doubs Ville de Besançon Cinéma Victor Hugo Simon Graphic Bévalot Phox Besançon Garage Morel BesançonGarage Morel BesançonLycée Pergaud BesançonCROUSRECIDEVMaghreb des Films Videlio EventsLe Sénacle

Appui média

L'Est Républicain  France Bleu Besançon  RCF Besançon  Africultures  Signis   Magazine Diversions      Affiche 2016