16è Festival des Cinémas d'Afrique de Besançon, du 5 au 13 novembre 2016

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

16° édition du 5 au 13 novembre 2016

Afri-Mômes : pour les spectacles et surtout celui au Sénacle il est préférable de réserver en contactant Martine Desgranges au 07 68 35 48 94

On the rumba river (Jacques Sarasin)

Réalisateur : Jacques Sarasin
Genre : Documentaire
Durée : 85
Année de production : 2006
Nationalité : France

Résumé : C’est en sillonnant le majestueux fleuve Congo pendant une dizaine d’années, les mains sur les cordages et dans le cambouis qu’il a composé ses premières chansons, en grattant sa guitare, le regard perdu dans un décor fluvial fascinant. Orphelin très jeune, emprisonné, excommunié par les pères belges car ses textes perturbaient la jeunesse puis boxeur professionnel, tous ces ingrédients forment la trame d’une vie hors du commun, celle d’Antoine Kolosoy, dit Wendo. Il est aujourd’hui, comme s’expriment ses compatriotes, “un monument” de l’histoire de la République Démocratique du Congo. Il est le grand-père fondateur de la rumba congolaise, cette musique exportée à Cuba par la traite négrière.

Les Hors la loi (Tewfik Farès)

Réalisateur : Tewfik Farès
Genre : Fiction
Durée : 107
Format : 35 mm
Année de production : 1969
Nationalité : Algérie

Résumé : Sous l’occupation française, un dignitaire algérien est abattu. Ses deux fils, mécontents de la justice coloniale, décident de le venger.

Munyurangabo (Lee Issac Chung)

Réalisateur : Lee Issac Chung
Genre : Fiction
Format : 35 mm
Année de production : 2007
Nationalité : Rwanda

Résumé : Afin de renouer avec leurs racines et leur passé, Munyurangabo et Sangwa quittent la ville de Kigali. L’un veut à tout prix venger la mort de ses parents tués lors du génocide et le deuxième veut revoir la maison qu’il a quittée il y a plusieurs années. Après quelques jours, les parents de Sangwa voient d’un mauvais oeil la présence de Munyurangabo. Parce qu’ils ne sont pas de la même ethnie, leur amitié va être mise à rude épreuve.

Ezra (Newton Aduaka)

Réalisateur : Newton Aduaka
Genre : Fiction
Durée : 110
Format : 35 mm
Année de production : 2006
Nationalité : Nigeria

Résumé : Ezra, jeune ex-soldat Sierra-Léonais, essaie tant bien que mal de retrouver des repères pour revenir à une vie normale après la guerre civile qui a ravagé son pays. Son quotidien est partagé entre un centre de réhabilitation psychologique et un tribunal de réconciliation nationale organisé sous l’égide de l’ONU.

Rome plutôt que vous (Tarig Teguia)

Réalisateur : Tarig Teguia
Genre : Fiction
Durée : 111
Format : 35 mm
Année de production : 2006 _ Nationalité : Algérie _

Résumé : Depuis plus de dix années, l’Algérie vit une guerre lente, une guerre sans ligne de front mais ayant causé plus de 100 000 morts. C’est ce désert que Zina et Kamel – deux jeunes algérois tantôt hallucinés et joyeux, tantôt abattus et sereins – voudront sillonner une dernière fois avant de le quitter.

Les jardins de Samira (Latif Lahlou)

Réalisateur : Latif Lahlou
Genre : Fiction
Durée : 110
Format : 35 mm
Année de production : 2007
Nationalité : Maroc

Résumé : Le manque d’affection et l’intérêt sexuel de son mari deviennent insupportables pour Samira, ce qui l’oblige, pour rester femme et résister à la perte totale de sens que son mariage induit, à combler ses vides par des fantasmes.

La trahison (Philippe Faucon)

Réalisateur : Philippe Faucon
Genre : Fiction
Durée : 80
Format : 35 mm
Année de production : 2005
Nationalité : France

Résumé : Pendant la guerre d’Algérie, le sous-lieutenant Roque est stationné dans un village de l’est algérien. Usé par le conflit, il assume tant bien que mal sa fonction, entre une population locale soumise à la répression et à la torture, et des soldats dont il doit entretenir le moral tout en maintenant sa vigilance. L’évolution de ses rapports avec Taïeb, un jeune soldat déchiré de souche nord-africaine, exacerbe les contradictions et l’absurdité de la “guerre sans nom”.

La tendresse du loup (Jilani Saâdi)

Réalisateur : Jilani Saâdi
Genre : Fiction
Durée : 85
Format : 35 mm
Année de production : 2006
Nationalité : Tunisie

Résumé : Une nuit froide de l’hiver tunisien, Stoufa, révolté et humilié par son père, rejoint sa bande de copains, et traîne avec eux dans les rues de Tunis. Dans leur déambulation, ils croisent Saloua une jeune voisine escort-girl à ses heures, entre ivresse et provocation Aziz, Mourad et Dhekbi l’agressent et la violent. Stoufa essaye de les empêcher en vain. Pourtant c’est sur lui que Saloua se venge. Blessé et meurtri, Stoufa la recherche toute la nuit...

Squelette (Yassine Fennane)

Réalisateur : Yassine Fennane
Genre : Fiction
Durée : 85
Format : 35 mm
Année de production : 2007
Nationalité : Maroc

Résumé : De retour au village après un séjour en ville, Houcine crie sur tous les toits qu’il veut vendre son corps à la science. Entre conflits d’intérêts et manipulation, le retour de Houcine va faire de la vie au village une grande mascarade.

La robe du temps (Malam Saguirou)

Réalisateur : Malam Saguirou
Genre : Documentaire
Durée : 52
Année de production : 2008
Nationalité : France/Niger

Résumé : Ousseini, jeune chef de la très traditionnelle Confrérie des Bouchers de Zinder au Niger, relève un double défi : En tentant de développer la filière exportation de viande de sa région, il devra légitimer sa place de chef traditionnel récemment acquise, et affirmer celle de chef novateur.

Massaï, terre interdite (Xavier Péron et Kristin Sellefyan)

Réalisateurs : Xavier Péron et Kristin Sellefyan
Genre : Documentaire
Durée : 52
Année de production : 2006
Nationalité : France

Résumé : Ce film est un Cri pour la Vie ! Pour marquer les esprits sur le mal qui est fait aux Maasaï depuis tant d’années, sur nos fausses valeurs de l’argent qui les étouffent, sur leur terre réduite à une peau de chagrin, mais aussi sur le décryptage de leurs pratiques purement pastorales, garantes de la préservation d’écosystèmes uniques au monde.

La blessure (Nicolas Klotz)

Réalisateur : Nicolas Klotz
Genre : Fiction
Durée : 160
Format : 35 mm
Année de production : 2003
Nationalité : France

Résumé : Blandine est blessée sur le tarmac de Roissy lors d’un retour à l’avion où un groupe d’Africains résiste à l’embarquement. Bien qu’elle soit sur le sol français, sa blessure, sa présence, son être sont niés par la police aux frontières à qui elle demande l’asile. La France est sourde. La France n’est plus une terre d’accueil. Mais une terre butée qui expulse, blesse et humilie.

Nûba d'or et de lumière (Izza Genini)

Réalisateur : Izza Genini
Genre : Documentaire
Durée : 80
Année de production : 2006
Nationalité : Maroc

Résumé : Nûba d’or et de lumière raconte l’histoire d’une musique. La musique arabo-andalouse dont la nûba serait la symphonie... À l’image d’un arbre musical, ses branches sont nourries d’une sève qui, depuis 14 siècles, monte des confins marocains et des courants venus d’Arabie, grandit dans les cours des califes andalous, se fortifie dans l’Espagne médiévale, se mêle au chant des trouvères et des sépharades, puis replantée au Maghreb, s’épanouit au Maroc sous le nom del Ala.

11th Hour (Zelalem Woldemariam)

Réalisateur : Zelalem Woldemariam
Genre : Fiction
Format : 35 mm
Année de production : 2007
Nationalité : Ethiopie

Résumé : Un père déterminé part pour une quête afin de sauver sa fille de huit ans gravement malade du coeur : Ce film émouvant et dramatique est un reflet exact des difficultés et des sacrifices extrêmes qui doivent être affrontés pour sauver un jeune enfant sans défense. Malgré le long et périlleux voyage accompli par le père de la fillette, la force de la volonté suffira-t-elle à mettre une vie hors de danger ?

Mo and me (Roger Mills et Murad Rayani)

Réalisateur : Roger Mills et Murad Rayani
Genre : Documentaire
Durée : 95
Année de production : 2006
Nationalité : Kenya
Langue : VOSTF

Résumé : Pendant plus de 30 ans, Mo Amin a été notre témoin actif sur tous les fronts des événements africains. Son approche honnête et sans concession de la photo reportage lui a valu un respect inconditionnel. Mo a couvert chaque événement important en Afrique et au-delà. Il a enduré 28 jours de torture et survécu aux bombes et aux balles, malgré la perte de son bras gauche dans une explosion.

La femme au couteau (Timote Bassori)

Réalisateur : Timote Bassori
Genre : Fiction
Durée : 90
Format : 16 mm
Année de production : 2000
Nationalité : Côte d'Ivoire

Résumé : De retour d’Europe, un jeune intellectuel ivoirien rentre dans son pays. Outre la confrontation entre le modernisme et la tradition, il est en butte à une inhibition, un fantasme, une femme brandissant un couteau le paralyse.

La rivale (Edouard Carrion)

Réalisateur : Edouard Carrion
Genre : fiction
Durée : 90
Format : 35 mm
Année de production : 2008
Nationalité : France

Résumé : Un couple de restaurateurs africains, Maurice et Prudence, vit heureux en France jusqu’au jour où les parents de Maurice le marient à son insu à Thérèse, une jeune fille du village sous le prétexte que Prudence ne peut lui donner de descendance. A l’arrivée de Thérèse en France, Maurice, sur les conseils d’un ami, décide de la faire passer pour sa cousine afin de ménager Prudence. Cette idée va cependant vite montrer ses failles...

Si Gueriki, la reine Mère (Idrissou Mora Kpai)

Réalisateur : Idrissou Mora Kpai

Genre : Documentaire

Durée : 62

Format : DVD

Année de production : 2002

Nationalité : Bénin

Résumé : Après dix ans d’absence, l’auteur retourne dans son village. Il est bouleversé par la disparition de son père qui avait profond´ment marqué son enfance et tout aussi surpris par la place qu’occupe sa mère aujourd’hui. Dans son enfance, elle n’était qu’une des femmes de son père, une ombre dans la maison... Après la mort de son mari, elle a été intronisée Reine-mère, l’équivalent du roi pour les femmes.

La beauté éparpillée (Zinoun Lahcen)

De Zinoun Lahcen - Maroc, 2007, fiction, 90 min, 35 mm

Maroc, 1913. Enlevée puis vendue comme un animal par des marchands d’esclaves, Oud Ward, une adolescente timide et secrète, semble destinée à l’existence sans espoir de servante, asservie au bon vouloir d’un maître omnipotent et aux intrigues de ses épouses.

Mâh Saah Sah (Daniel Kamwa)

De Daniel Kamwa - Cameroun, fiction, 2008, 35 mm, 95 min

Nchare n’a que 16 ans à la mort de son père. Il est recueilli par son oncle Achirou, et débarque alors dans un nouveau village où, dès son arrivée, il croise le regard d’une adolescente de 14 ans nommée Mapon. C’est le déclic de l’amour réciproque.

10 Novembre 2008, 20h30, Petit Kursaal
En présence de Béatrice Flore Mfouemoun et Abdel Nchankou acteurs principaux venus du Cameroun

Zimbabwe (Darrel James Roodt)

Sélection Festival Rotterdam 2008
De Darrel James Roodt • Afrique du Sud, fiction, 2008, noir et blanc, DVD, 82 min

Une jeune campagnarde de 19 ans, appelée Zimbabwe par son père patriote, se retrouve orpheline. Affamée et sans autre issue, elle quitte son village à la recherche d’une tante éloignée. À la ville frontière de Beitbridge, elle pénètre clandestinement en Afrique du Sud, en quête d’une nouvelle vie, quelle qu’elle soit. En situation irrégulière, elle est contrainte à travailler comme femme de ménage pour un patron qui abuse d’elle. Un jour, pour se protéger, elle se voit obligée de commettre un acte de violence, et s’échappe en se rendant aux autorités. Elle est alors rapatriée au Zimbabwe et apprend que son frère vient de passer la frontière pour la retrouver.

Dimanche 9 novembre, 20h30, Petit Kursaal

 

Darrell James Roodt

Darrell James Roodt est né et a grandi à Johannesburg (Afrique du Sud). À 32 ans, il a déjà écrit et réalisé de nombreux films de fiction : Place of Weeping (1982), premier film anti-apartheid réalisé en Afrique du Sud, l’a révélé aux Etats-Unis. Vient ensuite, The stick (1987), un film contre la guerre, interdit deux ans en Afrique du Sud. Ce film lui a valu un grand succès dans de nombreux festivals (Montréal, Moscou, Jérusalem et Cannes). Ses films, notamment Sarafina! (1992) et Pleure, ô pays bien aimé (1995), ont reçu une reconnaissance internationale et applaudi pour leur conscience politique et le traitement de sujets liés à l’Afrique du Sud. Ses autres films comprennent A Place of Weeping (1986), City of Blood (1987), Tenth of a Second (1987), The Stick (1987), Dangerous Ground (97) et Yesterday (2004).

Mascarades (Lyes Salem)

De Lyes Salem • Algérie, fiction, 2007, couleur, 35 mm, 94 min

mascaradesUn village quelque part en Algérie. Orgueilleux et fanfaron, Mounir aspire à être reconnu à sa juste valeur. Son talon d’Achille : tout le monde se moque de sa soeur, Rym, qui s’endort à tout bout de champ. Un soir, alors qu’il rentre soul de la ville, Mounir annonce sur la place du village qu’un riche homme d’affaires étranger a demandé la main de sa soeur. Du jour au lendemain, il devient l’objet de toutes les convoitises. Aveuglé par son mensonge, Mounir va sans le vouloir changer le destin des siens...

En présence de Nathalie Saugeon, co-scénariste - Jeudi 13 novembre, 20h30, cinéma Victor Hugo.

Lyes Salem, Acteur et Réalisateur

salemLyes Salem est né en 1973 à Alger. Comédien de théâtre, de télévision et de cinéma, il s’inscrit en Lettres Modernes à la Sorbonne puis poursuit sa formation à l’Ecole du Théâtre National de Chaillot et au Conservatoire National d’Art Dramatique. Sur scène, il a joué dans des pièces du répertoire classique et moderne. En 1998, il met en scène et joue Djelloul, le résonneur d’après Les Généreux de Malek Alloula. Au cinéma et à la télévision, il apparaît dans des films de Maurice Failevic, Benoît Jacquot et Hamid Krim. En 1999, il réalise son
premier court métrage intitulé Lhasa, suivi en 2001 de Jean-Farès, prix Jeune public à Montpellier. Avec Cousines, en 2003, Lyes Salem évoque l’évolution des mentalités dans une société en mutation et peint avec justesse un portrait de l’Algérie d’aujourd’hui. Ce court métrage remporte de nombreux prix internationaux et un César. Lyes Salem termine actuellement l’écriture de son premier long métrage. Produit par Daramsalah, Les Trois mensonges relate la solitude de Salima, jeune soeur de Mounir Mekbel, atteinte de narcolepsie dans un village de l’arrière pays oranais.

Nathalie Saugeon, Réalisatrice, Scénariste

saugeonNathalie commence par écrire des pièces de théâtre dont Les Jumelles, Tu m’en diras tant !, C’était Dieu qui pleurait, Didier R.A.S., Pas de fleur pour maman, Histoire de vivre, 5 minutes avant l’aube, Le voisin du troisième, Colonie de vacances. Elle débute au cinéma en co-écrivant les scénarios d’Ali Zaoua, Prince de la rue de Nabil Ayouch, Panne de sens de Fodil Chabbi, Mascarades de Lyes Salem, Les Hommes ne pleurent pas d’Alexandre Billon. Elle a également réalisé trois courts métrages : Le Vol de la mouette, Un 14 Juillet et Fils de justicier et écrit des scénarios pour la télévision notamment Famille d’accueil et Ni lire, ni écrire. Whatever Lola Wants sorti en 2008, marque sa deuxième collaboration avec Nabil Ayouch.

Gare centrale (Youssef Chahine)

De Youssef Chahine • Egypte, fiction, drame, 1958, noir et blanc, 35 mm, 90 min

Kennawi, le crieur de journaux simplet et boiteux de la gare centrale du Caire, est amoureux de la vendeuse de limonade, Hanouna. Mais celle-ci est courtisée par un porteur de bagages, le leader syndical, qu’elle doit épouser. Vivant de la vente occasionnelle de ses charmes et du commerce illicite de boissons au départ des trains, la belle Hanouna répond par la moquerie aux avances de Kennawi.

Le Destin (Youssef Chahine)

De Youssef Chahine • Egypte, fiction, 1997, couleur, 35 mm, 135 min

Un prestigieux philosophe, Averroes, établit des principes qui influenceront toute la pensée humaine jusqu’à nos jours. Voulant amadouer les intégristes, le calife El Mansour ordonne l’autodafé de toutes les oeuvres du philosophe. Ses adeptes et ses proches décident d’en faire des copies et de les passer à travers les frontières. Malgré les pressions des intégristes, la connaissance humaine se frayera son chemin, vers le progrès.

L’Émigré (Youssef Chahine)

De Youssef Chahine • France/Egypte, drame, 1994, couleur, 35 mm, 128 min

Ram appartient à une tribu misérable de nomades. Ne supportant pas les conditions de vie de ses comparses et la jalousie de ses frères, Ram décide d’aller faire fortune en Egypte. Au cours de son périple, il est laissé pour mort par les siens dans la cale d’un bateau en partance pour le Caire. Arrivé là-bas, Ram affrontera moult épreuves.

Alexandrie… New York (Youssef Chahine)

De Youssef Chahine • Egypte, fiction, film musical, 2003, couleur, 35 mm, 128 min

À l’occasion d’un hommage qui lui est rendu à New York, Yéhia, réalisateur égyptien, retrouve Ginger, son amour de jeunesse. Ils avaient 19 ans. Le rêve américain était le virus du siècle. Yéhia l’Alexandrin et Ginger l’Américaine étudiaient dans le plus prestigieux Institut d’Art Dramatique, en Californie. Ils s’étaient jurés un amour éternel. Quarante ans après, ils se retrouvent, le monde a changé, le rêve américain s’est transformé... Tout les sépare mais pas tout à fait car Yéhia découvre que Ginger lui avait donné un fils... américain. À travers une fresque endiablée, où les héros aiment, chantent, dansent, rient et pleurent, Youssef Chahine revisite son passé et nous parle de ses rapports complexes avec l’Amérique qu’il a tant aimée.

Alexandrie, encore et toujours (Youssef Chahine)

De Youssef Chahine • Egypte/France, comédie dramatique, 1989, couleur, 108 min

À la suite d’une rupture avec Amr, son acteur fétiche, le cinéaste Yehia Eskandarany remet en cause son vécu et évoque leurs relations, les problèmes qu’a connus la profession avec l’infiltration du pétrodollar, mais aussi l’amour qu’il éprouve pour ses acteurs, cet amour dont la nature pourrait bien le transformer parfois en dictateur.

 
 

Avec le soutien de

Drac Franche-Comté ACSE  Conseil Général du Doubs Ville de Besançon Cinéma Victor Hugo Simon Graphic Bévalot Phox Besançon Garage Morel BesançonGarage Morel BesançonLycée Pergaud BesançonCROUSRECIDEVMaghreb des Films Videlio EventsLe Sénacle

Appui média

L'Est Républicain  France Bleu Besançon  RCF Besançon  Africultures  Signis   Magazine Diversions      Affiche 2016