16è Festival des Cinémas d'Afrique de Besançon 2017

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

17° édition du 11 au 18 novembre 2017

Appel à films et projet jusqu'au 30 juin 2017 : Accès aux formulaires d'inscription

Les Baobabs ne poussent pas en hiver

Mercredi 14 novembre à 20h30. Petit Kursaal. En présence du réalisateur • Réalisé par Henri Henriol • Fiction, Sénégal, 2011, 95 min, STF • Avec Richard Bohringer, Jean-Jacques Levessier, Nathalie Vairac, Bachirou Diakhaté et Djibril Pavadé.

Les Baobabs ne poussent pas en hiver

Jean-Yves, 45 ans, débarque au Sénégal en quête de sens sans grande conviction. Il va poser ses valises chez Angelo Martini, un vieux routard, un « blanc cassé » qui en a vu passer d’autres, des expatriés, dans son petit hôtel. Babacar, lui, a 25 ans. Son avenir c’est l’Europe, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Jean-Yves ne s’embarrasse pas du sort des gamins comme Babacar, des jeunes Africains prêts à tout pour fouler la Terre Promise. Il en a suffisamment vu dans les rues de Marseille…

Les Baobabs ne poussent pas en hiverévoque l'identité au travers de l'exil.

L’histoire est celle de deux destins croisés : celui de Babacar, jeune Africain, qui rêve d’aller en France, et celui de Jean-Yves, qui fuit son pays en pensant trouver au Sénégal l’occasion de démarrer une nouvelle vie. Il débarque dans un hôtel tenu par Angelo Martini, qu’incarne avec brio Richard Bohringer. Autour d’eux, de nombreux personnages… Si une phrase devait résumer l’histoire, ce serait : « Chacun poursuit son rêve. »

Malgré les nombreuses difficultés rencontrées, il a reçu le soutien du nouveau Ministre de la Culture du Sénégal, Youssou N’Dour, qui a cédé les droits de quelques-unes de ses chansons. Richard Bohringer y interprète un européen qui veut s’intégrer à la culture sénégalaise. Depuis 7 ans, Henri Henriol rêvait de faire son film et de raconter l’histoire d’un français venu se racheter en Afrique. Son talent a réussi à fédérer des professionnels exceptionnels.

Le film a été sélectionné et projeté le 28 avril 2012 à Cannes, dans le cadre du Festival du Film Panafricain, où il a reçu un très bon accueil.

Henri Henriol

Marseillais d’origine sénégalaise.

 
 

Avec le soutien de

Drac Franche-Comté ACSE  Conseil Général du Doubs Ville de Besançon Cinéma Victor Hugo Simon Graphic Bévalot Phox Besançon Garage Morel BesançonGarage Morel BesançonLycée Pergaud BesançonCROUSRECIDEVMaghreb des Films Videlio EventsLe Sénacle

Appui média

L'Est Républicain  France Bleu Besançon  RCF Besançon  Africultures  Signis   Magazine Diversions      Affiche 2016