16è Festival des Cinémas d'Afrique de Besançon, du 5 au 13 novembre 2016

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

17° édition du 11 au 18 novembre 2017

Appel à films et projet jusqu'au 30 juin 2017 : Accès aux formulaires d'inscription

Sugar Man

Mardi 12 novembre à 21 h 55. Cinéma Victor Hugo.

Réalisé par Malik Bendjellou • États-Unis, 2012, 85 min • Avec Malik Bendjelloul, Sixto Díaz Rodríguez, Steve Rowland.

Sugar Man

Au début des années 70, Sixto Rodriguez enregistre deux albums sur un label de Motown. C’est un échec, à tel point qu’on raconte qu’il se serait suicidé sur scène. Plus personne n’entendit parler de Rodriguez. Sauf en Afrique du Sud où, sans qu’il le sache, son disque devint un symbole de la lutte contre l’Apartheid. Des années plus tard, deux fans du Cap partent à la recherche de « Sugar Man ». Ce qu’ils découvrent est une histoire faite de surprises, d’émotions et d’inspiration.

À l'aube des années 1970, Sixto Rodriguez, alias Jesus, chanteur-guitariste d'origine mexicaine, enregistre à Detroit deux albums de folk-rock : Cold Fact puis Coming from reality. En dépit d'un talent d'auteur acéré, proche de Dylan, d'arrangements inspirés des Beatles et d'une voix chaude à la Neil Diamond, c'est un flop. Rodriguez retourne travailler sur les chantiers du Michigan, qu'il avait quittés pour donner quelques concerts. Son label fait faillite et tout le monde l'oublie. Enfin presque : en Afrique du Sud, l'un de ses albums importés par hasard fait tilt. Une jeunesse sevrée de sensations par une société répressive voit en Rodriguez un héros de la contre-culture, à son insu. Cold Fact est copié, piraté, plus tard édité en CD pour atteindre un chiffre estimé aujourd'hui à environ 500 000 exemplaires. Au Cap, un certain Steve Segerman se prend de passion pour Rodriguez, apprend que des légendes courent sur sa mort présumée (suicide sur scène ?), entre en contact avec un journaliste sud-africain lancé sur la piste du rocker disparu, découvre enfin que Jesus est vivant.

Sixto Rodriguez

Critiques Presse

L'histoire est belle et pourtant vraie. Le documentariste Malik Bendjelloul (également suédois) n'a fait qu'une entorse à la réalité : avant sa « résurrection » en Afrique du Sud, Rodriguez avait déjà joué en Australie, en 1979 et 1981. Ce détail mis à part, l'affaire est assez bien ficelée pour amener le spectateur, via une mosaïque de témoignages, au grand moment du film : l'apparition de Sixto Rodriguez himself, grand bonhomme buriné, cabossé, d'une modestie non feinte. Aucune aigreur chez lui. Il vit toujours dans une masure en planches de la banlieue de Detroit. C'est le monde auquel il appartient, et la lumière que lui apporte encore ce film étonnant ne l'éblouit pas. — François Gorin, Télérama

Malik Bendjelloul

Malik Bendjelloul

Malik Bendjelloul est un réalisateur et documentariste suédois, né le 14 septembre 1977 à Ystad en Suède.

Né d'un père algérien et d'une mère suédoise, Malik Bendjelloul a été enfant-acteur dans les années 1990. Il descend d’une lignée d’intellectuels et d’artistes, tant du côté suédois qu'algérien.

En 2012, il réalise Sugar Man, un documentaire sur le parcours de Sixto Rodriguez, chanteur de rock américain des années 1970 qui ignorait son succès en Afrique du Sud. Le film obtient de très nombreux prix à travers le monde, dont l'Oscar du meilleur film documentaire.

 
 

Avec le soutien de

Drac Franche-Comté ACSE  Conseil Général du Doubs Ville de Besançon Cinéma Victor Hugo Simon Graphic Bévalot Phox Besançon Garage Morel BesançonGarage Morel BesançonLycée Pergaud BesançonCROUSRECIDEVMaghreb des Films Videlio EventsLe Sénacle

Appui média

L'Est Républicain  France Bleu Besançon  RCF Besançon  Africultures  Signis   Magazine Diversions      Affiche 2016