16è Festival des Cinémas d'Afrique de Besançon 2017

17° édition du 11 au 19 novembre 2017

Appel à films et projet jusqu'au 30 juin 2017 : Accès aux formulaires d'inscription

Layla

Mercredi 12 novembre à 20 h 30. Cinéma Victor Hugo.

Réalisé par Pia Marais • France/Allemagne/Pays-Bas/Afrique du Sud, 2013, 1 h 48, VOSTF • Avec Rayna Campbell, August Diehl, Rapule Hendricks.

Au cœur de l’Afrique du Sud, Layla, mère célibataire de 27 ans, vient d’être engagée dans une société spécialisée dans la détection de mensonges, située à plusieurs centaines de kilomètres de son domicile. Une nuit, alors qu’elle prend la route avec son jeune fils Kane, Layla heurte un homme en voiture. Un accident fatal, sous les yeux de l’enfant, à qui elle intime l’ordre de garder le silence, la fera soudainement sombrer dans la paranoïa, et la peur d’être démasquée. Layla est encore plus rongée par la culpabilité, lorsqu’elle comprend que Pienaar, un jeune homme serviable et charismatique, rencontré sur son lieu de travail, est le fils de l’homme accidenté…

En compétition à la 63e Berlinade en 2013.

Crtiques

« Pia Marais tisse une série noire vénéneuse à souhait, jouant avec tact et subtilité des ressorts pervers de cette brillante analogie de la paranoïa sécuritaire sud-africaine. Un petit bijou de polar étouffant doublé d’un solide portrait de femme. » Nouvel Obs, Guillaume Loison

« Le début est vraiment captivant, et même si la suite repose sur une coïncidence simpliste, la réalisatrice réussit à capter avec brio la paranoïa dans une Afrique du Sud toujours sous tension. » Télérama, Guillemette Odicino

Pia Marais

Née à Johannesburg de parents suédois/sud-africains, Pia Marais grandit dans les deux pays. Après être passée par la Chelsea School of Art (Londres), la Rietveld Akademie (Amsterdam) et la KunstAkademie (Düsseldorf), elle part étudier le cinéma à la Deutsche Film – und Fernseh – Akademie (DFFB) de Berlin, où elle vit aujourd’hui. D’abord directrice de casting, elle devient ensuite assistante réalisateur et scénariste, en Allemagne, et dirige son premier long-métrage, Trop Libre. Sélectionné dans de nombreux festivals internationaux, il remporte plusieurs prix, dont le Tiger Award en 2007, au Festival International du Film de Rotterdam. Son second long-métrage, À l’âge d’Ellen, présenté pour la première fois au Festival du Film de Locarno en 2010, est sélectionné aux festivals de Toronto, Londres, Thessalonique, Buenos Aires, au MoMa New Directors/New Films. Parmi les récompenses pour ce film, elle reçoit pour la seconde fois le Crossing Europe Award, et Jeanne Balibar reçoit le prix de la Meilleure Actrice à Buenos Aires, pour sa performance dans le film.

Layla est son premier film en langue anglaise

 
 

Avec le soutien de : 

DRAC cget Bourgogne Franche Comte Grand Besancon Besancon

Avec la collaboration de : 

avantage jeune Planoise Mandela Bains Douches Senacle FRAC Cinema Victor Hugo aparr Bains Douches Cinematheque ligue enseignement Sandales Empedocles aparr irts diocese

Avec l'appui média de : 

Est Planoise Mandela Diversions Macommune africultures France Bleu rcf Radio Campus Radio Bip Radio Shalom Villages FM Signis

Avec l'accompagnement de : 

Fraternite generale Mois du documentaire Destival des solidarites Alimenterre africultures the film foundation World cinema project Centenaire Jean Rouch

Avec l'appui de :

Fraternite generale Bevalot Phox Garage Morel Le Criollo FASO TRIBAL Petite fleur